Le bio n’a pas besoin d’être cher : nous vendons nos productions issues de l’agriculture biologique au prix de l’agriculture conventionnelle. La bonne santé de l’économie locale est notre credo.

1. Vous payez en ligne ou à la ferme / à la livraison

2. Vous récupérez votre commande :

Paiements acceptés : CB à la livraison et espèces – nous ne prenons plus de chèques

Alexandre Peyre, à Pleumeur-Bodou


Brastillerie Kanarfoll, la bière locale au goût d’épices

Alexandre Peyre a délaissé son métier de cartographe en 2014, pour se consacrer à la fabrication de bière, et lancer sa propre « brasstillerie », à Pleumeur-Bodou (Côtes-d'Armor).

Il lui aura fallu dix mois de tâtonnements et d’essais pour obtenir une bonne bière. Alexandre Peyre, Béarnais d’origine et installé dans le Trégor depuis huit ans, vient de lancer la commercialisation de Kanarfoll (« le chant du fou », clin d’œil au fou de Bassan qui niche sur l’île Rouzig), le nom de sa bière rousse, qui se décline aussi en blonde, IPA (Indian pale-ale) ou bière de saison.

« La réussite d’une bonne bière est un art et une longue alchimie, estime-t-il. Je joue sur les épices pour lui donner son goût et son caractère. »

Quelques stages en brasserie et des essais à la maison lui donnent envie de créer une distillerie. « Mais je voulais d’abord me lancer dans une brasserie puis, à terme, poursuivre par les alcools, d’où le nom de « brasstillerie » Kanarfoll. »

Pour le marché local

Le local a été trouvé, au pôle Phoenix. Avec un budget de 30 000 €, financé par les banques et une aide de Trégor initiative, il doit faire preuve d’ingéniosité pour s’équiper : trois tanks à lait récupérés pour le mélange eau malt, des cuves de fermentation rachetées à une ancienne brasserie, une étiqueteuse trouvée dans le Var, une embouteilleuse et une simple capsuleuse manuelle.

« C’est beaucoup de travail en manipulation, mais c’est suffisant pour démarrer », confie Alexandre Peyre, qui en est au début de la production : « Je table sur 200 hectolitres par an, soit 60 000 bouteilles, pour une commercialisation dans les caves, les bars, les petits commerces et les restaurants, sur un rayon de 30 km. »

Bientôt des alcools forts ?

Maintenant que le jeune brasseur en maîtrise toutes les étapes, son quotidien se résume en une journée de brassage, trois semaines de fermentation, deux journées d’embouteillage, puis deux semaines en chambre chaudes, une méthode traditionnelle pour remettre du pétillant dans les bouteilles.

En attendant que les ventes lui assurent un revenu, il se tourne déjà vers l’avenir : « Je fais partie du groupe de dégustation de whisky de Lannion. Cela m’a donné envie d’aller vers les alcools forts. » Alexandre Peyre pense ainsi à la création d’un whisky, mais aussi de gin ou d’eau-de-vie de cidre, pour diversifier son offre. À consommer dans quelques années.

Brasstillerie Kanarfoll, pôle Phoenix. Renseignements : www.kanarfoll.com ; tél. : 06 12 38 33 33.

Les produits de la brastillerie Kanarfoll dans notre boutique :

Filtrer